Cabinets d'Expertises Comptables inscrit à l'Ordre de Montpellier





Droit social (Tout voir)
01/02/2019
Un décret vient de fixer le taux de la réduction de cotisations salariales applicable ... En savoir plus
 
Fiscalité (Tout voir)
01/02/2019
La Cour Administrative d’Appel de Lyon vient de rappeler quelques principes applicables en mat... En savoir plus
 
Droit des affaires (Tout voir)
01/02/2019
Un club de rugby professionnel conclut avec un équipementier un contrat de partenariat d... En savoir plus
 
A savoir également (Tout voir)
01/02/2019
Afin de connaître l'historique d’un véhicule d’occasion à vendre (mo... En savoir plus
 
Chiffres clés (Tout voir)
01/02/2019
L'intérêt légal connaît deux taux, calculés semestriellement, l'un ... En savoir plus
 
Calendrier fiscal (Tout voir)
03/05/2019
CVAE - Date limite de souscription de la télédéclaration n° 1329 DEF de liq... En savoir plus
 
 

Actualité - Droit des affaires

DEFAUT D'INSCRIPTION AU RCS ET BENEFICE DU STATUT DES BAUX COMMERCIAUX

01/12/2018

Le titulaire d’un bail dérogatoire laissé en possession à l’expiration du bail peut revendiquer le bénéfice du statut des baux commerciaux sans avoir à être inscrit au RCS.

Le propriétaire d’un local commercial consent à un même locataire 4 baux successifs d’une durée de 23 mois. À l’issue de cette succession de baux dérogatoires, le locataire est laissé dans les lieux. Il revendique alors le bénéfice d’un nouveau bail régi par le statut protecteur des baux commerciaux.

Le bailleur s’y oppose, invoquant l’absence d’immatriculation de son locataire au registre du commerce et des sociétés (RCS). Ce défaut d’inscription fait obstacle, selon lui, au bénéfice d’un bail commercial statutaire. De plus, les parties étaient convenues, dès la conclusion du premier bail, que le locataire devait fournir au bailleur, sous peine de caducité du contrat, une attestation d’inscription au RCS dans les 2 mois suivant la prise d’effet du bail. Ce qu’il n’a pas fait.

C’est pourtant le locataire qui obtient gain de cause. La Cour de cassation décide que le preneur ayant été laissé en possession à l'expiration du premier bail dérogatoire est devenu titulaire d’un bail commercial d’une durée de 9 ans. Son inscription au registre du commerce et des sociétés n'était pas nécessaire pour que s'opère un nouveau bail régi par le statut des baux commerciaux.

À noter : facultative s’agissant de la qualification d’un bail en bail commercial, l’inscription au RCS ou au répertoire des métiers est obligatoire lors du renouvellement d’un tel bail.

Cass. civ., 3e ch., 25 octobre 2018, n° 17-26126 ; c. com. art. L. 145-5